Les 2 métiers de l'IRFAM

« Intervenir avec les acteurs au service des acteurs »



On peut regrouper les multiples activités de l’IRFAM sous deux chapitres principaux intimement reliés : les deux « métiers » de l’institut.




RECHERCHES ET ACTIONS POUR UNE GOUVERNANCE PRO-DIVERSITE

On peut définir la gouvernance comme une coordination d’acteurs, de groupes sociaux et d’institutions pour atteindre des buts définis collectivement, dans des environnements donnés, somme toute comme un ensemble de « styles d’exécution de politiques » qui peut s’appliquer à divers niveaux de pouvoir.

La gouvernance locale des diversités peut ainsi être conçue comme un programme collectif de « valorisation des diversités », une série concertée d’initiatives visant à promouvoir les relations interculturelles et l’articulation des différences comme sources d’enrichissement et de complémentarité au sein de la société.

En phase avec cet objectif, l’IRFAM propose à ses partenaires publics et associatifs :

  • Des travaux de recherche, de recherche-action et d’évaluation directement axés vers le soutien des acteurs et des réalisations concrètes ;

  • Des formations, un travail d’accompagnement méthodologique et de suivi ;

  • Une contribution à des initiatives de mise en réseau et de pilotage de réseaux d’acteurs ;

  • Une aide à la publication, à la diffusion et à la dissémination des méthodes et des résultats produits ;

  • Ainsi, qu’une recherche opératoire sur l’ensemble de ces processus afin de les modéliser, les approfondir et les améliorer.



« Pour exister dans notre spécificité, il faut que l’Autre soit différent de nous - et nous différents des autres », telle est sans doute une des règles de la vie en communauté. Aussi, nos identités sont dans une large part des constructions que nous opérons en interaction avec les autres, certes, à partir d’héritages familiaux, régionaux, culturels, etc. Loin de se limiter à une des conséquences des migrations, les sources des diversités socioculturelles sont ainsi très variées. Certaines sont visibles et prennent leurs sources de variables physiques comme l’âge, la génération, la morphologie, le sexe, l’orientation, la place dans la fratrie, le contexte matériel dans lequel on vit, etc. D’autres sources de diversités sont sociologiques : identités de genre, de classe sociale, de région, de profession, … D’autres encore anthropologiques : langues, croyances, ethnicités, etc. Mais il existe également des sources « invisibles » de diversités comme les dimensions psychologiques, sociocognitives ou les « orientations mentales ». Ce sont nos multiples « rapports à … » l’inconnu, au temps, à l’espace, à l’autre, au pouvoir, à la communication,  …



RECHERCHES ET ACTIONS DANS LE DOMAINE DES MIGRATIONS ET DU DEVELOPPEMENT

Les migrants et leurs descendants peuvent jouer un rôle important dans le cadre des échanges Nord-Sud et Sud-Nord, (Ouest-Est et Est-Ouest) notamment grâce à leurs compétences développées lors de leurs trajectoires. Ils peuvent contribuer au rapprochement des peuples par l’instauration des dialogues et d’échanges, réaliser des transferts culturels et matériels, susciter une meilleure compréhension des enjeux du développement au Nord et au Sud. Symboles d’une citoyenneté post-moderne, transnationale et solidaire, ils peuvent être des acteurs majeurs de projets de « co-développement ».

On peut définir ce dernier concept comme une interdépendance entre le Nord et le Sud à travers les liens créés par les migrants, gouvernements et instances privées autour de collaborations visant à contribuer au développement des pays d’origine des migrants et à la valorisation de ces derniers là où ils sont installés. En ce sens, le co-développement est un développement véritablement partagé.

En phase avec des initiatives actuelles qui tentent de remodeler les liens entre migrations et développement, l’IRFAM propose :

  • Des travaux de diagnostic, de recherche-action, ainsi que des services d’évaluation formative ;

  • Des formations et coachings d’équipes ;

  • Des pratiques de réseaux ;

  • Des services de publication et de diffusion sur divers supports ou à travers l’organisation de conférences et évènements.



Le co-développement se réfère à l’interdépendance entre le Nord et le Sud à travers les liens créés par les migrants, les gouvernements et des instances privés, autour de collaborations visant à contribuer au développement des pays d’origine des migrants et à la valorisation de ces derniers. Il renvoie aux partenariats pour des échanges équilibrés, concerne la coopération internationale entre collectivités locales, entreprises et groupements, dont des associations de migrants et des organisations professionnelles tant dans le domaine l’économique que le domaine culturel et social, et par conséquent, politique. Le co-développement offre une gamme de projets, allant de petites initiatives familiales à des réalisations plus ambitieuses à propos des : capacités économiques (création d’entreprises ou transferts de fonds), capacités sociales (citoyenneté participative dans les espaces d’origine et d’accueil) et capacités politiques (développement d’instruments de gestion).



PDF